De la création d'une technocratie souveraine

21.04.2022

Je pense que l'un des graves problèmes que nous rencontrons actuellement est que nous continuons à nous accrocher à de vieilles attitudes et à de vieux schémas de pensée à un moment où les conditions objectives ont changé, notamment parce que nous continuons à croire, ici en Russie, que le gouvernement russe est divisé en deux camps: l'un composé de libéraux au sein du système (6e colonne) et l'autre composé de patriotes.

Dans un état normal, ce serait une attitude valable pour les patriotes de rester enfermés dans leurs foyers, mais puisque nous sommes entrés dans un état d'urgence, il est préférable de soutenir le gouvernement. Il semblerait qu'une lutte mortelle soit menée entre les deux camps en ce moment, même si, par ailleurs, nous sommes en pleine guerre en Ukraine.

Cependant, nous devons garder à l'esprit que cette guerre a complètement détruit les chances du libéralisme de revenir en Russie (que ce soit celui de la 5e colonne, qui a pratiquement disparu, ou celui de la 6e colonne, qui continue à se manifester par intermittence). Dès que l'Occident a déconnecté la Russie de la mondialisation, la 6e colonne a commencé à se désintégrer d'elle-même.

Il semble parfois que les libéraux attendent le moment de riposter (ou de contre-attaquer) aussi désespérément que les nazis du bataillon Azov de Mariupol (une organisation interdite en Russie).

Les civils, les volontaires et les soldats qui se battent et meurent en Nouvelle Russie (Novorossiya) sont outrés, déconcertés et horrifiés d'entendre les points convenus lors des négociations entre Medinsky et Abramovich à Istanbul. Kadyrov, qui est devenu la quintessence de la voix du monde russe, a ouvertement exprimé son rejet. Bien sûr, il est naturel que ces déclarations aient suscité le mécontentement et les autorités en sont conscientes. À cela s'ajoutent les succès des opérations militaires et les premières attaques ukrainiennes sur notre territoire (les attaques de Belgorod, etc.). Tout cela a déclenché des signaux d'alarme, à juste titre.

Cependant, lorsque les stratèges de Moscou ont lancé cette opération spéciale, ils savaient qu'ils n'avaient pas d'autre choix que de vaincre l'ennemi et d'atteindre leurs objectifs: la démilitarisation et la dénazification de l'Ukraine. Il ne suffit pas de libérer la Novorossiya ou le Donbass, il faut aller plus loin. Bien sûr, Kiev n'acceptera jamais nos propositions de plein gré, et s'il le fait, il se contentera de renier ce qui a été convenu. Poutine le comprend mieux que quiconque, c'est pourquoi il sait que le lancement de l'opération spéciale est le point de non-retour.

C'est pour cette raison que la bataille féroce entre la 6ème colonne et les patriotes n'est qu'un spectre qui continue à nous hanter après le lancement de l'opération spéciale du 22 février 2022. Les choses ont définitivement changé : nous ne pouvons plus penser que maintenant les patriotes sont les seuls à faire quelque chose pendant que les libéraux sabotent tout. Je crois que nous assistons à la naissance d'une "technocratie souveraine", car dans les conditions actuelles, la seule chose qui compte est l'efficacité dans la réalisation d'un seul objectif: contribuer activement à la réalisation de la Victoire. Dans un état d'urgence, l'idéologie de l'individu n'est plus pertinente: un patriote qui ne fait que se plaindre et crier n'est pas une figure nécessaire dans le jeu qui se déroule. En revanche, un "libéral" qui se bat aujourd'hui pour le pays, l'armée et le peuple est digne de soutien et de confiance. Nos critères doivent être adaptés aux événements actuels.

C'est pourquoi l'émergence d'une technocratie souveraine deviendra l'objectif principal de notre gouvernement. Si cela se produit, alors les vieilles querelles idéologiques en Russie appartiendront au passé. Si des gauchistes, des patriotes ou des libéraux collaborent en versant leur sang pour notre Victoire, cela signifie que nous sommes tous unis pour le plus grand bien. Pendant l'état d'urgence, nous devons mettre de côté toute forme de controverse idéologique. Notre seul code doit être le "code de la victoire" et cela signifie ne pas tirer sur les nôtres. Notre soutien doit viser à étayer la victoire de Poutine, de la Russie et de l'opération Z, car l'important est d'être utile à la patrie à un moment critique.

C'est un moment de vie et de mort. Bien sûr, tout libéral qui s'oppose à l'opération Z est un traître. Il n'y a aucun doute là-dessus, car ils travaillent pour l'ennemi: il n'y a pas d'argumentation à développer ici. Mais lorsque les patriotes et les gauchistes critiquent à l'excès les autorités - nous aimerions tous que cela se termine le plus rapidement possible, mais de telles opérations prennent du temps - nous n'apportons plus rien. Il n'est pas non plus acceptable que d'anciens libéraux, qui prétendent maintenant être des patriotes, utilisent leurs ressources pour persécuter leurs anciens détracteurs.

Cependant, notre seul mot d'ordre doit désormais être de remporter la victoire. D'où la question: y avons-nous contribué et comment? La victoire est bien plus importante que les "erreurs" commises par le gouvernement: le code du samouraï dit qu'un seigneur est bon dans la mesure où il est servi par un bon samouraï. C'est précisément ce bon service qui rend le seigneur bon, et non l'inverse. La "technocratie souveraine" doit faire tout ce qu'elle peut pour la Grande Russie, notre Patrie, et, au moment décisif, n'importe lequel d'entre nous peut être la paille qui permet de remporter enfin la Victoire.

Nous devons faire face à deux problèmes : les disputes idéologiques au sein du gouvernement et notre méfiance parfois très marquée envers les autorités. Tous ces problèmes remontent aux luttes d'avant l'opération Z et sont devenus une sorte d'auto-sabotage. Nous ne sommes pas en mesure de nous battre pour le pouvoir et un conflit débridé entre nous pourrait nous conduire à tout perdre. Notre victoire dépend de la consolidation de notre souveraineté et de notre unité. D'où le vieux dicton : "mieux vaut travailler, mon frère". Frères et non pas carriéristes ou critiques exacerbés.

http://euro-synergies.hautetfort.com