La "perspective eurasienne" de Franz Altheim

21.07.2022

Le lecteur italien non spécialiste n'a pris connaissance d'une partie de la production de Franz Altheim (1898-1976) - latiniste, historien du monde antique, archéologue - qu'au début des années 1960, lorsque Der unbesiegte Gott (1) et Gesicht vom Abend und Morgen : Von der Antike zum Mittelalter (2) ont été traduits. En fait, très peu de choses étaient parues en Italie au cours des années précédentes au sujet de ce savant. Et pourtant, Franz Altheim, élève de Walter F. Otto et compagnon de Leo Frobenius et de Károly (Karl) Kerényi, a été l'un des "premiers et des plus autorisés interprètes des inscriptions rupestres du Val Camonica, datables entre le 4e et le 1er siècle avant J.-C.", mais témoignant de la présence d'une culture indo-européenne plus ancienne " (3), il aurait donc été normal que soient rendues accessibles dans notre pays des études dans lesquelles les résultats de ses recherches sur ces gravures, document de la migration transalpine des Latins, étaient également exposés : Vom Ursprung der Runen (4), Italien und die dorische Wanderung (5,) Italien und Rom (6), Geschichte der lateinischen Sprache (7).

Julius Evola, qui a chroniqué Italien und die dorische Wanderung de manière opportune et "enthousiaste " (8), s'est intéressé à Altheim à partir des années 1940, recommandant également l'auteur pour son "Histoire de la religion romaine extrêmement précieuse et organique " (9) et l'a fait collaborer au "Diorama Filosofico", la page culturelle du journal de Crémone Il Regime Fascista (10). Evola lui-même, qui avait rencontré l'auteur de Italien und die dorische Wanderung à l'époque où celui-ci collaborait avec le Deutsches Ahnenerbe - probablement à Halle, où l'une de ses conférences "a certainement rencontré la sympathie immédiate du prof. Altheim" (11) - au milieu des années 1950, il publie à nouveau un ouvrage de l'érudit allemand (12) et inclut Römische Religionsgeschichte (13) dans le plan d'édition de Fratelli Bocca, qui ne paraîtra toutefois qu'en italien, chez un autre éditeur, quarante ans plus tard (14).

Pour en revenir à l'étude sur les gravures de la vallée de la Camonica, il faut noter qu'Altheim leur avait trouvé des similitudes formelles avec l'art rupestre de Bohuslän, dans le sud de la Suède, qui avait fait l'objet en 1936 d'une étude par une mission du Deutsches Ahnenerbe (15) dirigée par Herman Wirth (1885-1981). Commentant certains passages de Italien und Rom traduits par lui-même, Adriano Romualdi (1940-1973) résume la thèse d'Altheim en ces termes : "Altheim tient à souligner le lien stylistique qui lie le Nord et le Sud selon un axe qui marque la direction des champs d'urnes. C'est un axe qui lie le monde germanique et le monde latin d'une part, mais qui, d'autre part, est relié à la Grèce dorique" (16).

Mais les graffitis de Val Camonica renvoient à des horizons plus larges: la figure du char à cheval à quatre roues et à un ou plusieurs niveaux est un produit de ce qu'Altheim appelle "le monde chevaleresque eurasien" (17), puisqu'un type de char similaire est également attesté en Crimée et dans la Perse des Achéménides. D'autres éléments qui apparaissent en Italie en même temps que la technique équestre proviennent également de la même sphère culturelle, tels que "les hochets et les plaquettes de bronze, les pendentifs et les cloches (dont l'origine, à travers la civilisation Halstatt, remonte au chamanisme des tribus chevaleresques d'Eurasie) (...) Même le mythe des enfants-loups, incarné à Rome par Romulus et Remus, dérive finalement du monde chamanique" (18).

Il est évident que les recherches historiques d'Altheim sont orientées vers un "élargissement des horizons dans la perspective eurasienne" (19), un objectif qu'il énonce explicitement dans un essai en 1939 : "Nous devons nous habituer à penser non pas à une culture, mais à des cultures, des empires et des grands espaces" (20). D'autre part, si l'investigation de la protohistoire européenne nous renvoie déjà à un scénario géographique plus large, la nécessité de se référer à la dimension eurasienne devient encore plus évidente si nous voulons considérer les processus historiques qui ont marqué la transition de l'âge antique à l'âge médiéval. Ainsi, Altheim, comme d'autres chercheurs, tels que le Hongrois András (Andreas) Alföldi (1895-1991), nous invite à "regarder au-delà des frontières de l'empire, vers ces tribus nomades d'origine non germanique - Sarmates, Huns, Slaves - qui ont contribué directement ou indirectement à changer le mode de vie en Europe après le IIIe siècle de notre ère" (21). Le monde antique a en effet été investi par un seul grand mouvement qui "est parti des cavaliers nomades des steppes euro-asiatiques, a embrassé en même temps des empires de civilisation ancienne comme le Siam et la Chine et a entraîné derrière lui les Germains de l'Est ; il a envahi la péninsule arabique et a pris sa forme définitive en Afrique du Nord, jusqu'à atteindre finalement l'Empire romain" (22).

Les études d'Altheim sur les Huns (23) font référence à cette période de crise, dans laquelle "le visage du soir et du matin" apparaît. Après la publication de Hunnische Runen, dans lequel les inscriptions runiques d'objets en or pur trouvés en 1791 dans la localité hongroise de Nagyszentmiklós (aujourd'hui Sânnicolau Mare, en Roumanie, au sud du cours du Maros et au nord de Viminacium) sont identifiées comme des Huns, le livre Attila und die Hunnen a vu le jour.

Rappelant explicitement la perspective historiographique de Polybe, qui embrasse l'écoumène unifié politiquement par Rome - "tout l'espace compris entre les piliers d'Hercule et les portes de l'Inde ou les steppes de l'Asie centrale" (24) -, Altheim signale à l'historiographie d'aujourd'hui la nécessité de prendre en compte l'unité substantielle du continent eurasien, paradoxalement mise en évidence par les récents événements de la Seconde Guerre mondiale. Cette dernière en effet, "avec ses fronts en Europe, en Afrique, dans le Pacifique et en Asie, a singulièrement mis en évidence à tous l'unité sans barrières de tout dans cet espace qui fait partie du devenir historique" (25). Ainsi les Huns, protagonistes d'une cavalcade transeurasienne qui partait des rives du lac Baïkal pour s'achever aux Champs Catalauniques, s'ils ont conditionné en Asie le destin de l'Empire du Milieu pendant des siècles, ils ont ouvert en Europe la voie aux invasions et à l'installation de toute une série de peuples apparentés : Avars, Hongrois, Bulgares, Khazars, Coumans, Petchénègues. "Le couronnement a été l'avancée des Mongols. L'histoire des Huns préfigure de manière exemplaire les destins des autres peuples turcs" (26). Quoi qu'il en soit, la Volkerwanderung hunnique a déclenché toute une chaîne d'événements historiques : "le début des invasions, la chute de l'Empire romain d'Occident, la tentative de fusionner les peuples de cavaliers et de Germains nouvellement arrivés en une unité politique et culturelle, les débuts de l'épopée germanique et la renaissance d'un ensemble romano-germanique" (27).

À la figure d'Attila, le chef d'origine asiatique qui a fondé un empire en Europe, fait écho celle d'Alexandre le Grand, le descendant d'Achille qui a porté la civilisation grecque jusqu'à l'Indus, le Syr-Darya, Assouan et le golfe d'Aden, inaugurant une nouvelle phase de l'histoire de l'Eurasie.

La monographie sur Alexandre (28) commence ainsi : "Alexandre et l'Asie représentent, dans l'histoire universelle, deux pôles qui, en apparence, n'ont rien en commun. (...) Pourtant, Alexandre est inconcevable sans l'Asie. L'homme d'action avait besoin d'un champ d'activité ; la matière était nécessaire à l'homme qui était né pour façonner. Le plus important, c'est que l'Asie n'a jamais oublié le conquérant qui s'est emparé d'elle d'un geste passionné : (...) la graine qu'il a semée dans le sol fertile de ce continent devait continuer à vivre" (29). Le livre d'Altheim ne se limite donc pas à rappeler la campagne de conquête du souverain macédonien, mais esquisse surtout l'histoire d'un héritage spirituel transmis à l'Orient. Car "l'hellénisme asiatique ne signifie pas seulement une nouvelle étape, plus importante, dans la marche triomphale de l'hellénisme: il signifie aussi l'hellénisation des peuples d'Asie centrale. (...) Jusqu'au Moyen Âge, l'écriture et les formes grecques sont des éléments constitutifs des civilisations asiatiques qui naîtront sur un sol aussi fertile. Aucune intervention extérieure n'a jamais pénétré aussi profondément dans la vie de l'Est" (30).

Altheim ne néglige pas non plus le point de vue géopolitique, présentant l'empire d'Alexandre comme une tentative de relier les pays bordant la Méditerranée orientale à ceux bordant le golfe Persique et l'océan Indien : "Comme les califes plus tard, Alexandre était confronté à la nécessité d'unir un empire maritime sud-européen à un empire maritime sud-asiatique au moyen d'un pont terrestre : l'Irak" (31).

Alors que le livre sur Attila et celui sur Alexandre n'ont jamais été traduits en Italie, Der unbesiegte Gott a eu deux éditions italiennes différentes à ce jour. Le premier, celui de Feltrinelli, a été précédé d'une critique de l'édition allemande écrite par Evola pour "Roma" en 1957, pendant une période de contact intense entre les deux savants (32). Evola voit dans l'étude d'Altheim (parue la même année dans la série encyclopédique de l'éditeur hambourgeois Rowohlt) la démonstration du fait que "l'irruption d'un élément étranger à Rome", en l'occurrence la pénétration progressive d'un culte solaire "déjà répandu parmi les peuples de la Méditerranée orientale, surtout en Syrie", ne signifie pas que Rome "a abandonné ses traditions les plus strictes pour accueillir et adopter des cultes, des coutumes et des dieux étrangers". Au contraire : après avoir été purgé de ses traits les plus fallacieux et équivoques, le culte né chez les peuples nomades d'Arabie est devenu un culte d'État romain et le dieu Soleil "a fusionné avec le dieu le plus caractéristique de la pure tradition romaine, Jupiter Capitolin" (33). Ce fait, que René Guénon aurait pu définir en termes d'"une intervention providentielle de l'Orient" en faveur de Rome, pourrait se produire pour la raison que le culte du soleil de l'Antiquité romaine tardive représentait la réémergence d'un héritage primordial commun.

Mais la théologie solaire élaborée par les néo-platoniciens n'est pas sans rapport, selon Altheim, avec le monothéisme islamique. "Le message de Mahomet, écrit-il, était en fait centré sur le concept d'unité et excluait que la divinité puisse avoir un "compagnon", suivant ainsi les traces de ses antécédents et confrères néoplatoniciens et monophysites. L'élan religieux du Prophète a ainsi réussi à faire ressortir avec une force accrue ce que d'autres avant lui avaient ressenti et désiré ardemment (34).

Notes:

1) F. Altheim, Der unbesiegte Gott, Rowohlt Verlag GmbH, Reinbek bei Hamburg 1957. Première éd. it.: Il dio invitto, Feltrinelli, Milano 1960. Seconde édition: Deus invictus. Le religioni e la fine del mondo antico, Introduzione di Giovanni Casadio, Postfazione di Luciano Albanese, Edizioni Mediterranee, Roma 2007.

2) F. Altheim, Gesicht vom Abend und Morgen. Von der Antike zum Mittelalter, Fischer Bücherei, Frankfurt am Main – Hamburg 1955. Ed. it.: Dall’Antichità al Medioevo. Il volto della sera e del mattino, Sansoni, Firenze 1961.

3) E. Montanari, Introduzione a Storia della religione romana, Settimo Sigillo, Roma 1996, p. 15. (Chez le même éditeur: F. Altheim, Romanzo e decadenza, Settimo Sigillo, Roma 1995).

4) F. Altheim – E. Trautmann, Vom Ursprung der Runen, Klostermann, Frankfurt am Main 1939.

5) F. Altheim – E. Trautmann, Italien und die dorische Wanderung, Pantheon, Amsterdam 1940.

6) F. Altheim, Italien und Rom (réédition de: Italien und die dorische Wanderung de 1940), 2 voll., Pantheon, Amsterdam-Leipzig 1941; 2ème ed. 1943; 3ème ed. 1944.

7) F. Altheim, Geschichte der lateinischen Sprache, Klostermann, Frankfurt am Main 1951.

8) A. Branwen, Ultima Thule. Julius Evola e Herman Wirth, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 2007, p. 89.

9) J. Evola, recension de: Italien und die dorische Wanderung, “Bibliografia Fascista”, XVI, 2, Febbraio 1941; disponible aujourd'hui in: J. Evola, Esplorazioni e disamine. Gli scritti di “Bibliografia Fascista”, vol. II, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 1995, p. 108. Outre cette recension, une autre était déjà parue l'année précédente: J. Evola, Ricerche sulle origini. La migrazione “dorica” in Italia, “Il Regime Fascista”, XV, 1 novembre 1940, p. 3; disponible aujourd'hui in: J. Evola, Il “mistero iperboreo”. Scritti sugli Indoeuropei 1934-1970, Fondazione Julius Evola, Roma 2002, pp. 53-55.

10) F. Altheim, Sulla concezione romana del divino, “Il Regime Fascista”, 26 luglio 1942.

11) G. Casadio, Franz Altheim: dalla storia di Roma alla storia universale, introduzione a F. Altheim, Deus invictus, cit., p. 28.

12) Par exemple: F. Altheim, Cesare, “Monarchia”, 1, Aprile 1956; texte disponible aujourd'hui in: J. Evola – F. Altheim, La religione di Cesare, “Quaderni del Veltro”, Edizioni di Ar, Padova 1977.

13) " (...) de cette oeuvre majeure (de Altheim), une trauction est en préparation auprès de l'éditeur Bocca" (J. Evola, “Italia” volle dire la “terra dei tori”?, “Roma”, 17 giugno 1955; article lisible aujourd'hui dans: J. Evola, I testi del Roma, Edizioni di Ar, Padova 2008, pp. 238-239).

14) F. Altheim, Storia della religione romana, Settimo Sigillo, Roma 1996 (éd. allemande: Walter de Gruyter, Berlin 1956). L'édition signalée par Evola dans “Bibliografia Fascista” est celle en trois volumes, parue à Berlin entre 1931 et 1933; l'édition en cours de traduction en 1955 était vraisembablement celle en deux volumest, parue à Baden-Baden entrte 1951 et 1953.
15) Sur les activités de l’Ahnenerbe, cfr. C. Mutti, Le SS in Tibet, Effepi, Genova 2011, pp. 5-9. En ce qui concerne plus particulièrement le soutien apporté par l'Ahnenerbe aux recherches d'Altheim, cf. V. Losemann, I “Dioscuri”: Franz Altheim e Karl Kerényi. Tappe di una amicizia, in: AA. VV., Károly Kerényi: incontro con il divino, a cura di L. Arcella, Settimo Sigillo, Roma 1999, pp. 17-28. Sur les rapports d'Altheim avec l'Ahnenerbe, plusieurs pages existent dans une monographie ad hoc, de nature plutôt journalistique, destinée au départ à un public nord-américain: H. Pringle, Il piano occulto. La setta segreta delle SS e la ricerca della razza ariana, Lindau, Torino 2007.

16) A. Romualdi, Franz Altheim e le origini di Roma, in: Gli Indoeuropei. Origini e migrazioni, Edizioni di Ar, Padova 2004, p. 165.

17) F. Altheim, Storia della religione romana, cit., p. 30.

18) F. Altheim, Storia della religione romana, cit., pp. 29-30.

19) G. Casadio, Franz Altheim: dalla storia di Roma alla storia universale, cit., p. 15.

20) F. Altheim, Die Soldatenkaiser, Klostermann, Frankfurt am Main, 1939, p. 12.

21) A. Momigliano, Il cristianesimo e la decadenza dell’Impero romano, introduzione a: AA. VV., Il conflitto tra paganesimo e cristianesimo nel secolo IV, Einaudi, Torino 1968, p. 8.

22) F. Altheim, Dall’Antichità al Medioevo. Il volto della sera e del mattino, cit., p. 10.

23) F. Altheim, Hunnische Runen, Niemeyer, Halle 1948. Attila und die Hunnen, Verlag für Kunst und Wissenschaft, Baden-Baden 1951. F. Altheim – R. Stiehl, Das erste Auftreten der Hunnen. Das Alter der Jesaja-rolle. Neue Urkunde aus Dura-Europos, Verlag für Kunst und Wissenschaft, Baden-Baden 1953. F. Altheim – H. W. Haussig, Die Hunnen in Osteuropa, Verlag für Kunst und Wissenschaft, Baden-Baden 1958. F. Altheim et alii, Geschichte der Hunnen, 5 voll., De Gruyter, Berlin 1959-1962.

24) F. Altheim, Attila et les Huns, Payot, Paris 1952, p. 5.

25) F. Altheim, Attila et les Huns, cit., p. 6.

26) F. Altheim, Attila et les Huns, cit., p. 225.

27) F. Altheim, Attila et les Huns, cit., p. 6.

28) F. Altheim, Alexander und Asien. Geschichte eines geistigen Erbes, Niemeyer, Tübingen 1953.

29) F. Altheim, Alexandre et l’Asie. Histoire d’un legs spirituel, Payot, Paris 1954, p. 5.

30) F. Altheim, Alexandre et l’Asie. Histoire d’un legs spirituel, cit., p. 9.

31) F. Altheim, Alexandre et l’Asie. Histoire d’un legs spirituel, cit., p. 157.

32) Entre 1954 et 1958, Evola a envoyé à Altheim dix-huit lettres, aujourd'hui conservées en des archives privées.

33) J. Evola, Nuove esplorazioni della Romanità. Il Dio invitto, “Roma”, 24 giugno 1957; disponible aujourd'hui in: J. Evola, I testi del Roma, cit., pp. 317-319.

34) F. Altheim, Deus invictus. Le religioni e la fine del mondo antico, cit., pp. 115-116.

Source

Traduction par Robert Steuckers