Le rapport de l'OTAN de 1991 qui embarrasse Biden

21.02.2022

Dans le récit officiel du Kremlin sur la crise ukrainienne, l'accusation de mauvaise foi envers les États-Unis et leurs alliés refait constamment surface. Ces derniers jours encore, le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, a répété à plusieurs reprises, à juste titre, "que Moscou avait été trompé et trompé de manière flagrante" par les États occidentaux, qui avaient assuré que l'Alliance de l'Atlantique Nord ne s'étendrait pas vers l'Est. Une vieille controverse basée sur les souvenirs (et les nombreux regrets) de Mikhail Gorbatchev.  Tout a commencé par une interview accordée par le dernier secrétaire général du Parti communiste soviétique au Daily Telegraph le 7 mai 2008 : "Les Américains nous ont promis que l'OTAN ne dépasserait jamais les frontières de l'Allemagne après sa réunification, mais maintenant que la moitié de l'Europe centrale et orientale en est membre, je me demande ce qu'il est advenu des garanties qu'on nous avait données ? Leur déloyauté est un facteur très dangereux pour un avenir pacifique, car elle a montré au peuple russe qu'on ne peut pas leur faire confiance".

En d'autres occasions, le dirigeant déchu est revenu sur la question brûlante, regrettant d'avoir fait confiance aux paroles de Bush père et du sous-secrétaire d'État de l'époque, M. Baker, lors du sommet de Malte des 2 et 3 décembre 1989 (juste après la chute du mur de Berlin et à la veille de la désintégration du Pacte de Varsovie).  Dans la petite île méditerranéenne, Baker a assuré au naïf Gorbatchev que "la juridiction de l'OTAN ne serait pas étendue d'un pouce à l'est". L'accord verbal était clair : si la Russie renonçait à son hégémonie sur l'Europe centrale et orientale, les États-Unis ne profiteraient en aucun cas de cette concession pour étendre leur influence et menacer la sécurité stratégique de la Russie. Cependant, ce gentlemen's agreement n'a jamais été formalisé par écrit et a été obstinément nié au fil des ans par les différentes administrations de Washington et leurs vassaux européens. Le dernier par ordre d'importance a été le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, qui, il y a quelques jours à peine, a sèchement répété que "personne, jamais, à aucun moment et en aucun lieu, n'avait fait de telles promesses à l'Union soviétique".

Alors, s'agit-il de la panoplie articulée par un vieil homme sénescent et/ou un truc de la propagande du Kremlin ? Apparemment non. Comme le diable fabrique des casseroles mais pas de couvercles, il reste toujours quelque chose dans les archives. C'est ainsi que l'hebdomadaire allemand faisant autorité, Der Spiegel, publie un document embarrassant dans son numéro actuel.

Il s'agit du procès-verbal - retrouvé aux Archives nationales britanniques par le politologue américain Joshua Shifrinson - de la réunion des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l'Allemagne, qui s'est tenue à Bonn, le 6 mars 1991. Le thème de la réunion était la sécurité en Europe centrale et orientale et les relations avec une Russie vaincue, découragée mais toujours capable, selon les participants, d'une réaction forte si sa sécurité était menacée, sans pour autant tenter de conclure avec elle un pacte durable d'amitié et de coopération économique et politique.

Face à l'hypothèse d'une demande de certains pays de l'ancien bloc soviétique (la Pologne in primis) de rejoindre l'OTAN, les Britanniques, les Américains, les Allemands et les Français ont convenu que cela était tout simplement "inacceptable". Au nom de Berlin, Jürgen Chrobog (photo), a déclaré : "Nous avons clairement indiqué lors des 'négociations 2 plus 4' sur la réunification allemande, avec la participation de la République fédérale d'Allemagne, de la République démocratique allemande, des États-Unis, de l'Union soviétique, de la Grande-Bretagne et de la France, que nous n'avions pas l'intention de faire avancer l'Alliance atlantique au-delà de l'Oder. Et par conséquent, nous ne pouvons pas donner à la Pologne ou à d'autres nations d'Europe centrale et orientale la possibilité de la rejoindre". Selon Chrobog, cette position avait été convenue avec le chancelier fédéral Helmut Kohl et le ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher.

Comme le rapporte Der Spiegel, à la même occasion, le représentant américain, Raymond Seitz, a déclaré : "Nous avons officiellement promis à l'Union soviétique - dans les "pourparlers 2 plus 4", ainsi que dans d'autres contacts bilatéraux entre Washington et Moscou - que nous n'avons pas l'intention d'exploiter stratégiquement le retrait des troupes soviétiques d'Europe centrale orientale et que l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord ne doit pas s'étendre au-delà des frontières de la nouvelle Allemagne, que ce soit de manière formelle ou informelle". En bref, l'accord existait et était partagé par les principaux partenaires de l'Alliance atlantique. Puis "quelqu'un" a décidé qu'il valait mieux oublier toute promesse pour absorber au fil des ans toute l'Europe de l'Est, puis les pays baltes et, en perspective, l'Ukraine. Les résultats sont là pour que le monde entier puisse les voir.

Source: https://it.insideover.com/guerra/quel-verbale-nato-del-1991-che-imbarazza-biden.html