Le Sommet des Amériques montre l'échec des États-Unis

16.06.2022

La veille du sommet de l'Organisation des États américains (OEA), qui, selon le plan de l'administration Biden, devait consolider les liens entre pays de la région conformément à la politique de la Maison Blanche, s'est effondrée. La participation officielle d'un certain nombre de dirigeants et de politiciens s'est muée en pathos, rien de plus.

L'idée même de l'Organisation des États américains remonte à la fin du XIXe siècle, lorsque l'Union internationale des républiques américaines a été fondée en avril 1890. Elle est ensuite devenue l'Union panaméricaine en 1910. Et en 1948, une Charte a été signée en Colombie, établissant une organisation régionale [i]. Un an plus tard, l'Accord de Rio a été signé, qui a effectivement établi une alliance de défense dans la région [ii].

Nous pouvons constater que la réorganisation intervient au début de la guerre froide, lorsque les États-Unis tentaient activement de redessiner la carte du monde en fonction de leurs propres intérêts. Pour eux, l'Amérique latine était considérée comme une arrière-cour à pacifier selon les plans et les aspirations de Washington, pour ensuite utiliser les pays de la région comme satellites.

L'OEA elle-même se compose de trois principaux organes de décision - un conseil permanent, un secrétariat général et une assemblée générale. Le budget est constitué par les contributions des États, et en 2022, il s'élève à 81 millions de dollars.  L'organisation compte 35 États membres, mais Cuba ne participe pas à l'OEA depuis 1962 et a été expulsé en 2009. L'OEA compte des observateurs (70 pays) et jusqu'à récemment, la Russie en faisait partie.

Le dernier sommet de l'OEA s'est tenu au Pérou en 2018, et c'est la première fois qu'un président américain était absent - Donald Trump a refusé de se rendre à l'événement.

Le Council on Foreign Relations a relevé cinq points principaux à l'ordre du jour à la veille du sommet :

1. COVID-19. Près de 1,7 million de personnes dans la région sont mortes de cette maladie, qui a endommagé les systèmes de santé et provoqué des troubles sociaux. Mais dans certains pays, comme Haïti, les campagnes de vaccination sont au point mort.

2 . Changement climatique. Selon un récent rapport d'experts de l'ONU, les pays d'Amérique latine sont parmi les plus vulnérables au changement climatique. La région connaît des températures plus élevées, une sécheresse généralisée, une perte record de forêts et des inondations, des tempêtes tropicales et des cyclones plus intenses et plus fréquents, ce qui a exacerbé les problèmes agricoles et l'insécurité alimentaire.

3. La reprise économique. Bien que l'Amérique latine ait connu une croissance économique modérée en 2021, elle est confrontée à une inflation croissante, un chômage élevé, des inégalités de revenus, une dépréciation de la monnaie et une dette croissante. D'autres défis sont liés aux relations croissantes de la région avec la Chine et la Russie, qui sont des partenaires commerciaux majeurs.

4. Migration et sécurité. L'instabilité économique, les troubles politiques, le changement climatique et le banditisme poussent un nombre record de migrants à fuir leur pays d'origine. Plus de six millions de réfugiés ont fui la crise humanitaire au Venezuela, tandis que des dizaines de milliers d'autres, venus de Cuba, d'Haïti et même de certains pays africains, ont traversé le périlleux détroit de Darien pour atteindre la frontière sud des États-Unis.

5. Polarisation politique. Les divisions idéologiques et les craintes d'une désinformation généralisée se sont intensifiées ces dernières années. Malgré les efforts des États-Unis et de l'OEA pour promouvoir la démocratie, les régimes autoritaires continuent de consolider leur pouvoir. Dans des pays comme le Chili et le Pérou, les électeurs ont soutenu les candidats outsiders"[iii].

Il s'agit donc du programme démocrate mondialiste typique, qui comprend le mélange habituel de droits de l'homme et d'égalité, d'écologie, de narratifs sur la démocratie et la prospérité économique dans un avenir incertain. Mais il y a aussi des références à la Russie et à la Chine ainsi qu'aux "régimes autoritaires", à la désinformation et à d'autres idéologies. Une indication claire qu'il ne devrait y avoir qu'une seule idéologie - une idéologie libérale-démocratique calquée sur celle des États-Unis.

C'est pourquoi Politico a noté que Biden était très préoccupé par le succès des populistes dans la région. Cela était également lié à sa réticence à inviter Cuba, le Nicaragua et le Venezuela au sommet [iv]. Après tout, si les représentants d'une idéologie et d'un parcours politique différents sont plus efficaces, alors pourquoi écouter les États-Unis ?

Des impératifs aussi durs de la part de Washington ont eu un effet indésirable pour eux lorsque les chefs d'autres pays ont exigé de manière ultimatum des invitations obligatoires de la part des trois pays en question. En conséquence, les dirigeants du Mexique, du Honduras, de la Bolivie et du Guatemala ont refusé de se rendre au sommet après des critiques fortes et justifiées.

Et les chefs d'État de l'Argentine et du Belize ont fait des déclarations sévères contre les États-Unis lors du sommet. À propos, un contre-sommet de ceux qui soutiennent Cuba et le Venezuela, et s'opposent également à la politique étrangère agressive des États-Unis, s'est tenu à Los-Angeles, dans la vieille tradition de l'antimondialisme. Le cortège de Biden a été accueilli avec des drapeaux cubains et pendant qu'il parlait, un groupe de personnes dans la salle a commencé à crier des slogans politiques hostiles.

Selon les experts américains, le sommet a été l'occasion pour l'administration Biden de promouvoir sa vision régionale. Pour cette raison, Biden a tenté de freiner la migration vers les États-Unis, a annoncé une initiative "Build Back Better World" pour stimuler le développement des infrastructures, et a également légèrement assoupli les sanctions contre Cuba et le Venezuela. Mais cela n'a pas beaucoup aidé.

En fait, les mêmes experts du Council on Foreign Relations ont déclaré après la fin du sommet qu'avant même qu'il ne commence, il y avait de nombreuses contradictions qui ne pouvaient être résolues [v]. Maintenant, la Maison Blanche essaie fébrilement et a proposé de tenir le Sommet des Amériques de 2023 à Denver, Colorado, pour encourager d'une manière ou d'une autre les pays d'Amérique latine à coopérer.

Biden a également proposé le lancement du Partenariat des Amériques pour la prospérité économique, mais à en juger par le manque de réaction, il est peu probable qu'il obtienne une quelconque adhésion. Les pays d'Amérique latine pourraient développer leurs propres mécanismes à leurs propres frais ; il existe, après tout, un certain nombre d'associations régionales à cet effet. Et les États-Unis ne sont manifestement pas disposés à dépenser de l'argent uniquement pour acheter une loyauté politique. En outre, l'époque des années 90, où Washington mettait en scène ses marionnettes et les soutenait avec des subventions, est révolue.

À l'issue du sommet, une seule déclaration sur la migration a été signée, dans laquelle les parties ont convenu de résoudre d'une manière ou d'une autre la question. Au même moment de l'événement, on a appris qu'une énorme colonne de réfugiés d'Amérique centrale avait traversé la frontière vers le Mexique. On ne les a pas empêchés et il est peu probable qu'on les empêche de passer aux États-Unis.

Il est clair que même au niveau de l'image, Washington ne peut plus rien offrir à la région. Le Département d'État n'est plus en mesure de donner une image attrayante pour, d'une part, alimenter sa propre démographie avec des cadres issus des pays latino-américains, facilitant ainsi la fuite des cerveaux d'Amérique latine, et d'autre part, pour parachever un mur de fer, comme Donald Trump a tenté de le faire.

Les États-Unis, en particulier les États du sud, sont déjà suffisamment latino-américanisés pour créer leurs propres réseaux de diasporas et leurs économies parallèles. De manière générale, la politique américaine en tant que telle suscite une frustration croissante en Amérique du Sud et centrale, ainsi qu'au Mexique, sans parler du fait que Washington n'a pas d'ordre du jour bien clair.

Quant au populisme, une sorte de test décisif sera le second tour des élections présidentielles en Colombie le 19 juin. Si le candidat de gauche Gustavo Pedro (photo) l'emporte, cela signifiera l'effondrement du projet pro-Washington dans ce pays, l'amélioration des relations entre les Etats contestataires et la Colombie et un exemple à suivre dans d'autres pays où des forces politiques de droite orientées vers les États-Unis détiennent encore le pouvoir.

D'ailleurs, l'uribiste Rodolfo Hernandez, qui le talonne, a annoncé qu'il pourrait même retirer sa candidature à l'élection. Il est probable que les autorités puissent jouer la carte de l'instabilité avant les jours cruciaux du vote pour perturber la victoire de Pedro. Et il y aura des élections au Brésil à l'automne, où l'ancien président Lula da Silva a de bonnes chances.

En conclusion, l'OEA n'est pas la seule entité de la région à servir d'organisation parapluie. L'association la plus prometteuse est la CELAC (Communauté des pays d'Amérique latine et des Caraïbes), qui s'intéresse à l'intégration et à la coopération régionales.

En outre, la CELAC interagit avec la Russie et la Chine, ce qui suggère un programme  plus large pour l'organisation. Le Brésil s'est retiré de la CELAC en 2020, arguant que Cuba, le Nicaragua et le Venezuela contrôlaient l'union, ce qui n'est pas vrai. Il est plus probable que cela ait été fait à l'instigation des États-Unis afin de briser la structure.

Cuba, le Venezuela et le Nicaragua (ainsi que la Bolivie) ont leur propre alliance, l'ALBA, établie en 2004 par les dirigeants vénézuéliens et cubains Hugo Chavez et Fidel Castro.

Il y a aussi l'UNASUR (Union des nations sud-américaines), créée en 2008, mais en 2018, à cause du Venezuela, de nombreux membres ont quitté l'union. Par ailleurs, Prosur (Forum pour le progrès de l'Amérique du Sud) a été créé en 2019 avec l'Argentine, le Brésil, le Chili, l'Équateur, le Pérou, la Colombie, le Paraguay et la Guyane.

Dans tous les cas, il est dans l'intérêt des pays d'Amérique latine de promouvoir activement leur propre vision au sein de leurs alliances, plutôt que de gaspiller des ressources et de l'énergie sur les projets américains au sein de l'OEA.

[i] http://www.oas.org/en/sla/dil/inter_american_treaties_A-41_charter_OAS.asp

[ii] http://www.oas.org/juridico/english/treaties/b-29.html

[iii] https://www.cfr.org/in-brief/whats-stake-biden-2022-summit-americas

[iv] https://www.politico.com/news/2022/06/06/six-things-to-watch-during-the-summit-of-the-americas-00037384

[v] https://www.cfr.org/councilofcouncils/global-memos/region-divided-what-did-summit-americas-accomplish