Nord Stream 2 : la guerre économique américaine contre l'Allemagne

14.02.2022

Source: https://kopp-report.de/nord-stream-2-der-amerikanische-wirtschaftskrieg-gegen-deutschland/

Quand on a de tels amis, on n'a plus besoin d'ennemis : outre la Commission européenne, l'administration américaine en particulier se permet audace sur audace. Alors que les Etats-Unis continuent d'acheter des millions de tonnes de pétrole brut directement à la Russie, Joe Biden se présente dans le bureau ovale devant la presse mondiale réunie et annonce qu'une escalade dans la crise ukrainienne signifierait la fin du gazoduc germano-russe Nord Stream 2. Le chancelier allemand se tient à côté comme un écolier bien sage et reste silencieux.

 

L'Allemagne a un besoin urgent de livraisons de gaz en provenance de la Russie, riche en matières premières. Juste maintenant, alors que le gouvernement de gauche exécute l'œuvre néfaste de Merkel et impose par étapes de plus en plus drastiques le soi-disant tournant énergétique sans se soucier des conséquences. Le célèbre Wall Street Journal a publié dès 2019 un article sur la politique énergétique allemande au titre évocateur : World's Dumbest Energy Policy ("La politique énergétique la plus stupide du monde").

Oubliez toutes les justifications des sanctions demandées contre la Russie, les droits de l'homme, le droit international et les élucubrations habituellement citées. Lors de l'invasion des Américains en Afghanistan, en Irak et en Syrie, ces mêmes voix sont d'ailleurs restées muettes.

Il s'agit tout simplement pour les Américains d'imposer leurs propres intérêts économiques. Cela n'a rien de répréhensible en soi, c'est pour cela qu'un gouvernement a été élu. Cela ne devient dangereux que lorsque cette politique d'intérêts rigoureuse se heurte à un pays absolument sans défense, dont le gouvernement n'a rien, mais absolument rien à apporter au bien-être et à l'utilité de son propre pays, à part des phrases creuses et des attitudes ineptes. Une Allemagne complètement molle qui ne dispose pas d'une politique étrangère indépendante depuis des décennies.

Au lieu de placer les intérêts du pays et de son propre peuple au premier plan de chaque effort entrepris et de chaque crise subie, le gouvernement fédéral allemand s'est lui-même rabaissé au rang de simple exécutant des ordres de Washington, de l'UE et de l'ONU.

La seule puissance mondiale - l'agenda américain

L'audace avec laquelle les Américains agissent pour imposer leur agenda de politique étrangère a de quoi faire rougir de colère. La première puissance mondiale américaine s'attaque avec acharnement non seulement à ses concurrents et ennemis géopolitiques, mais aussi à ses "plus proches alliés" comme l'Allemagne. En matière d'espionnage économique, les services secrets américains n'ont rien à envier à leur homologue chinois. Outre les brevets et les secrets d'entreprise de plusieurs milliards de dollars, aucun secret d'entreprise n'est à l'abri des écoutes omnipotentes de la NSA. Cela inclut également des documents hautement confidentiels de l'UE, des décisions de conférence et le téléphone portable professionnel d'Angela Merkel, comme l'a appris la naïve classe politique berlinoise.

Les élites américaines se trouvent dans un état de guerre froide permanent avec le monde entier. Il s'agit avant tout de protéger les intérêts militaires et économiques américains, et en même temps de nuire à tout concurrent. La Russie, riche en matières premières, avait déjà été désignée par le président américain Ronald Reagan comme un "Evil Empire", un empire du mal. Cette position de principe n'a pas changé en 2022. Dans leur naïveté sans limite, les hommes politiques de notre pays considèrent pourtant l'Allemagne comme un partenaire équivalent aux Etats-Unis. Pourtant, la politique américaine considère la puissance économique allemande et son économie d'exportation avant tout comme des rivaux. De plus, ce pays situé au cœur de l'Europe se prête parfaitement au déploiement de troupes et sert de zone de déploiement pour le Proche-Orient et en direction de l'Europe de l'Est. Et pour finir, on essaie de détourner autant de milliards d'euros que possible de l'Allemagne vers les canaux américains. Si ces milliards devaient en outre être retirés à un ennemi principal comme la Russie, il s'agirait pour les Américains d'une situation gagnant-gagnant sur le plan économique et géopolitique. Et c'est précisément cette constellation qui est la seule raison pour laquelle les Américains tentent depuis des années de saboter Nord Stream 2. Il s'agit d'un contrat valable entre deux États souverains, pour la sécurité énergétique de l'Allemagne. Ce projet est pourtant publiquement déclaré comme cible des Américains, et le gouvernement allemand ne s'y oppose pas.

La Russie est le troisième fournisseur de pétrole des États-Unis

Pour couronner le tout, la Russie est devenue, sous Trump et Biden, le troisième plus grand fournisseur de pétrole des États-Unis.

En 2020, la Russie a exporté près de 27 millions de tonnes de pétrole brut vers les États-Unis. Cela correspond à 538.000 barils par jour et représente une augmentation de 63 pour cent par rapport à 2014. Nous parlons ici d'un ordre de grandeur d'environ 200 millions de barils, de 159 litres chacun, par an. La tendance est à la hausse.

Les liens de Big Oil avec le gouvernement américain sont très étroits et ne sont pas un secret. Donald Trump n'a jamais caché son travail de lobbying pour l'industrie pétrolière et gazière américaine. Les Américains veulent vendre leur gaz liquide cher et sale à l'Allemagne, mais le gaz russe, moins cher et facilement disponible, est un produit concurrent imbattable. Les livraisons de pétrole russe ont augmenté ces dernières années, car le gouvernement américain a frappé d'autres pays avec sa politique de sanctions. Parmi eux, on trouve l'Iran et le Venezuela, deux pays riches en matières premières. Le pétrole vénézuélien a justement pris une place importante pour les raffineries américaines.

La variété russe Urals est celle dont la consistance se rapproche le plus du pétrole lourd d'Amérique du Sud et le remplace donc. Un passage complet au pétrole américain plus léger de la marque WTI impliquerait pour les raffineries américaines des efforts importants et des coûts immenses. C'est pourquoi non seulement la part du pétrole russe en Amérique restera élevée, mais les livraisons continueront d'augmenter. La Russie pourrait bientôt devenir le deuxième plus grand fournisseur de pétrole des États-Unis, après le Mexique.

Alors que le gouvernement américain sabote et sanctionne Nord Stream 2 et affirme unilatéralement qu'une aggravation de la crise ukrainienne signifierait la fin définitive de l'oléoduc, les livraisons de pétrole russe se poursuivent sans relâche.

Les listes de sanctions américaines en circulation mentionnent en particulier des entreprises et des secteurs économiques européens, mais les livraisons de pétrole russe aux Etats-Unis n'y sont pas du tout mentionnées.