Ukraine : l'hystérie guerrière des médias mainstream

22.02.2022

Ces dernières semaines, les médias mainstream occidentaux ont fait preuve d'un bellicisme sans précédent. Pour ce faire, ils s'appuient sur des informations anonymes - et non étayées - fournies par les services de renseignement américains, sans procéder à une vérification indépendante des faits. Cette révélation journalistique illustre une fois de plus l'état alarmant des médias. Sur la base d'une campagne américaine anonyme, les médias de gauche et verts diffusent sans sourciller l'image de l'ennemi, le méchant Russe. Il est évident qu'outre la diffamation de ce concurrent géopolitique, les Américains cherchent avant tout à imposer leurs intérêts économiques.

L'auteur a déjà démontré ici que la Russie est le troisième plus grand fournisseur de pétrole des États-Unis.

Alors que "Sleepy Joe" a l'audace d'annoncer devant la presse mondiale rassemblée la fin du pipeline germano-russe Nord Stream 2, il refuse de répondre à toute question sur les immenses livraisons de pétrole aux Etats-Unis eux-mêmes, en provenance de l'État prétendument voyou qu'est la Russie. Ces livraisons massives de pétrole augmentent rapidement depuis des années et ne figurent pas sur la liste des sanctions de l'administration américaine. Or, les entreprises et les États européens dont les Américains veulent détruire les activités en Russie y figurent tout particulièrement. Comme l'industrie allemande l'a déjà appris à ses dépens ces dernières années, les sanctions imposées par les Américains visent particulièrement les relations d'affaires germano-russes étroites qui existent depuis des décennies.

Outre la diffamation de la Russie commanditée par les États-Unis, les Allemands se sont donc également faits les larbins du complexe militaro-industriel américain. Il ne s'agit pas ici d'une canonisation de Vladimir Poutine. Comme l'ont montré la Tchétchénie, la Géorgie et, il y a quelques semaines, le Kazakhstan, le seuil d'inhibition du Kremlin pour l'utilisation de la force militaire doit être considéré comme très bas - une appréciation qui s'applique également au gouvernement américain, comme le prouvent non seulement le nombre élevé de victimes en Afghanistan, en Irak et en Syrie. Mais, si l'on considère les dernières semaines sans les cris de guerre hystériques des médias, que s'est-il réellement passé?

Un pays a organisé des manœuvres militaires de grande envergure à l'intérieur de ses frontières. Rien de plus, rien de moins. Quand on voit ce que les Américains font sur tous les continents, souvent avec des dizaines de milliers de soldats de l'OTAN, la double morale de l'Occident saute aux yeux comme un missile Pershing II. Les grandes manœuvres occidentales sont en outre publiquement qualifiées de défense de leurs propres intérêts et de menaces non dissimulées contre la Chine et la Russie. Cette procédure récurrente démontre que le bellicisme actuel des médias et des politiques est particulièrement perfide. Les interventions politiques publiques des Verts et de la CDU/CSU ressemblent à des communiqués de presse du Pentagone. Le fait que cette campagne ait été préparée et orchestrée par des réseaux transatlantiques comme le Pont de l'Atlantique ne peut bien sûr être qu'une théorie du complot.

L'intérêt de l'Allemagne pour une relation stable avec la Russie

Alors que la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock trébuche à travers l'histoire mondiale et déclare que toutes les ambassades d'Allemagne sont des bases de l'hystérie climatique des Verts, le chancelier Olaf Scholz se fait traiter comme un écolier dans le bureau ovale.

Que les Américains veuillent importer leur gaz liquide sale et cher en Allemagne, que la Pologne et l'Ukraine gagnent beaucoup d'argent en faisant passer du gaz russe en Allemagne par le gazoduc existant et qu'elles essaient pour cette seule raison d'empêcher et de saboter Nord Stream 2 autant que possible, tout cela est compréhensible dans une certaine mesure entre pays "amis".

Mais le fait qu'aucun membre du gouvernement allemand ne se présente avec assurance devant les caméras pour articuler et défendre les intérêts allemands dans ce conflit aux multiples facettes est une situation honteuse.

De plus, lors des négociations sur la réunification, la Russie a reçu l'assurance qu'il n'y aurait pas d'élargissement de l'OTAN vers l'Est. Cet engagement a déjà été rompu à plusieurs reprises, comme dans les pays baltes et en Pologne. Malgré cela, la politique et les médias diffament la Russie en la qualifiant d'agresseur unilatéral, simplement parce que la grande puissance veut empêcher, pour des raisons compréhensibles, un déploiement de troupes de l'OTAN à la frontière russo-ukrainienne. En outre, il n'est pas dans l'intérêt de l'Europe et de l'Allemagne de séparer la Russie de l'Europe et de la pousser toujours plus loin dans les bras de la puissance impériale mondiale qu'est la Chine. La Russie peut également vendre son gaz à l'Est, tandis que l'Allemagne, en particulier, a un besoin urgent de son voisin oriental riche en matières premières en raison de sa transition énergétique autodestructrice.

Le président américain Joe Biden a obtenu des résultats plus mauvais dans les sondages américains que Donald Trump n'en a jamais eu. Alors que les médias mainstream allemands ont fait un scandale de chaque message de Trump sur Twitter, les journalistes de conviction ont complètement passé sous silence l'échec de l'administration Biden. Le bellicisme de Washington, outre les intérêts économiques et géopolitiques évoqués, sert en outre de diversion ciblée aux problèmes de politique intérieure.

Même une escalade et une guerre réelle entre la Russie et l'Ukraine pourraient être considérées comme un scénario souhaitable pour les faucons américains du Pentagone, pour les raisons décrites ci-dessus. Une escalade pourrait survenir à tout moment à la suite d'opérations sous faux drapeau ou de cyberattaques massives et intraçables. Si les premiers coups de feu étaient tirés, les médias et les politiciens allemands auraient également contribué dans une large mesure à la guerre au cœur de l'Europe par leur bellicisme.