Accusé d’agressions sexuelles, Denis Baupin renonce à la vice-présidence de l’Assemblée nationale

Lundi, 9 mai, 2016 - 17:00

Sandrine Rousseau, Isabelle Attard, Elen Debost, Annie Lahmer et quatre autres femmes témoignent, dans une enquête de Mediapart et France Inter, avoir été victimes, de la part de Denis Baupin, dirigeant historique des Verts, d’actes relevant du harcèlement sexuel, comme l’envoi répété de centaines de SMS au contenu déplacé, malgré les refus des collaboratrices ou salariées. Mais certaines relatent aussi des agressions sexuelles, comme une tentative de baiser forcé ou des attouchements. Selon ces témoignages, les faits ont couru sur une période allant de 1998 à 2014.
Denis Baupin a annoncé lundi avoir présenté sa démission de la vice-présidence de l’Assemblée nationale. Le président de l’Assemblée, Claude Bartolone, avait fait savoir un peu plus tôt dans un communiqué lui en avoir fait la demande. Les avocats de Denis Baupin ont toutefois assuré qu’il contestait les accusations formulées à son encontre, jugées « mensongères » et « diffamatoires ». « M. Denis Baupin conteste fondamentalement l’idée de harcèlement sexuel et plus encore d’agression sexuelle, lesquels lui sont totalement étrangers », ajoute son avocat dans un communiqué. Il précise que M. Baupin envisage de porter plainte. Le député de Paris avait quitté le parti Europe Ecologie-Les Verts le 18 avril.

Source : Le Monde