Pour un œil les deux yeux : L’Iran détient deux pétroliers grecs en réponse à la confiscation de son pétrole transporté par un navire russe

Lundi, 30 mai, 2022 - 05:57

L’Iran détient deux pétroliers grecs en réponse à la confiscation de son pétrole transporté par un navire russe.

Des informations en provenance d’Iran font état de la détention de deux pétroliers battant pavillon grec. Nous parlons des deux grands navires Delta Poseidon et Prudent Warrior. Les pétroliers se trouvaient dans les eaux du golfe Persique lorsqu’ils ont été arrêtés.

Selon les dernières informations, la détention a été effectuée par des bateaux du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (IRGC). L’IRGC a confirmé et expliqué ces arrestations.

L’action militaire iranienne semble avoir été entreprise en réponse aux actions des autorités grecques. Le 24 mai, la Grèce a décidé de confisquer le pétrole iranien transporté par le pétrolier russe Lana. Non seulement ils l’ont confisqué, mais ils ont aussi envoyé le pétrole aux USA. À l’époque, les autorités grecques avaient déclaré avoir agi « dans le strict respect du régime des sanctions ». Toutefois, avec cette confiscation, les autorités officielles athéniennes étaient embarrassées car la compagnie maritime ne faisait partie d’aucun des nombreux trains de sanctions.

La partie iranienne affirme que l’immobilisation des pétroliers, qui naviguaient sous pavillon grec, est une compensation pour le pétrole iranien qui a été volé. Si la partie grecque restitue les marchandises volées, les deux pétroliers poursuivront leur voyage vers les consommateurs d’« or noir ».

La communauté occidentale est en ébullition à ce sujet. Le vol de pétrole par la Grèce n’a suscité aucune réflexion en Occident, mais la réponse de l’Iran a suscité une forte réaction de la part des « pourquoi nous ? ». Par exemple, la Grèce elle-même a déclaré qu’elle « condamne les actions de l’Iran et exige que les pétroliers soient immédiatement libérés pour la poursuite de la navigation ». Mais la partie iranienne campe sur ses positions : il faut d’abord assurer la restitution de ce qui a été volé, puis il sera question de permettre aux pétroliers de poursuivre leur route.

Dans ce contexte, les prix du pétrole ont atteint 116 dollars le baril et continuent d’augmenter.

Source : Top War

via Les Moutons Enragés