chine

L'OTAN et la déstabilisation de l'Asie

02.07.2022

Dans son nouveau concept stratégique dévoilé cette semaine, l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) reconnaît ouvertement que la puissance et l'influence mondiale croissantes de la Chine remettent en cause l'alliance et que le rapprochement de Pékin avec Moscou va à l'encontre des intérêts occidentaux. Les puissances rivales devraient toujours être maintenues en état de faiblesse et de soumission.

Une vision du monde bi-multipolaire rapproche plus que jamais l'Inde et l'ASEAN

24.06.2022

Du point de vue de la grande stratégie, l'Inde a l'opportunité de devenir un pivot géostratégique qui peut façonner la trajectoire de la phase intermédiaire dite "bi-multipolaire" de la transition systémique mondiale vers une multipolarité plus complexe, en gérant l'émergence de la tripolarité en Eurasie parallèlement à la Russie et dans l'Indo-Pacifique avec l'ASEAN.

L'Amérique en déclin, la Chine et la menace d'une guerre économique

24.06.2022

La revue américain Foreign Policy affirme que les décideurs chinois sont de plus en plus convaincus que les États-Unis vont mettre en œuvre une stratégie d'isolement de la Chine à grande échelle. Les responsables, les universitaires et les médias chinois parlent de plus en plus d'autonomie et de préparation.

La Chine avant les « Boxers »

17.06.2022

Au 18ème siècle, la Chine et l’Inde concentraient, à elles deux, une bonne partie des richesses du monde. L’Inde était déjà sous influence britannique. La Chine ne l’était pas. Elle était gouvernée par un empereur exceptionnel, petit-fils d’un aïeul non moins exceptionnel. L’Empereur Qianlong (Ch’ien Lung) gouverna le Céleste Empire pendant 60 ans, de 1736 à 1796. Il appartenait à la dynastie mandchoue qui avait pris la succession des Ming, une dynastie chinoise han. Le grand-père de cet empereur, Khang Si (1654-1723), avait aussi régné pendant 61 ans, prouvant que la longévité d’un pouvoir est la garante d’un bon gouvernement et d’une continuité féconde. Sous le règne de Khang Si, l’économie s’était consolidée, le niveau culturel de l’Empire n’avait cessé de croître. Une encyclopédie avait été rédigée à l’usage des mandarins. En 1730, Khang Si avait autorisé les Russes à ouvrir un comptoir à Pékin, en vertu du Traité de Kiakhta. Son petit-fils, Qianlong, qui accède au trône en 1736, va mener la Chine au sommet de sa gloire : il est un Empereur travailleur, sérieux, qui prend le pouls de son Empire en effectuant régulièrement des tournées dans ses provinces. Il est auréolé de gloire militaire : en 1757, il a brisé définitivement le pouvoir mongol en Asie centrale. Il a conquis le Turkestan ou Sinkiang actuel (peuplé d’Ouighours) et a vassalisé le Népal dans l’Himalaya. La Chine a atteint sous son règne son extension territoriale maximale, supérieure à celle qu’elle occupe aujourd’hui. Sa population a cru de manière significative, de 150 à 300 millions d’habitants, grâce à une révolution agricole téléguidée par l’Empereur avisé, qui introduisit le maïs et la pomme de terre en Chine. Comme aujourd’hui, la Chine a connu sous son règne un exode rural vers des villes correctement administrées, grâce aux conseils judicieux de l’Empereur. La culture ne cesse de se consolider et le Palais compte une bibliothèque particulièrement bien fournie.

Diego Fusaro : "La guerre de Biden et de l'OTAN contre la Russie a la Chine comme principal ennemi"

27.05.2022

Nous avons eu la chance de pouvoir nous entretenir avec le philosophe italien Diego Fusaro, bien connu des habitués du site et de la revue Adáraga. La Chine est sans aucun doute devenue l'une des grandes puissances (si ce n'est la plus grande de toutes) et, par conséquent, nous ne pouvions manquer d'interroger l'un des esprits les plus critiques et les plus lucides sur cette question.