OTAN

Guerre cognitive: l'OTAN prépare une guerre pour s'emparer de l'esprit des gens

Guerre cognitive: l'OTAN prépare une guerre pour s'emparer de l'esprit des gens
26.12.2022

Depuis 2020, l'OTAN poursuit ses plans pour une guerre psychologique qui doit être placée sur un pied d'égalité avec les cinq précédents domaines d'opération de l'alliance militaire (terre, eau, air, espace, cyberespace). C'est le champ de bataille visant à se rendre maître de l'opinion publique. Les documents de l'OTAN parlent de "guerre cognitive" - de guerre mentale. Dans quelle mesure le projet est-il concret, quelles mesures ont été prises jusqu'à présent et à qui s'adresse-t-il ?

Des "zones grises de matière grise": les effets mentaux de la guerre cognitive

Des "zones grises de matière grise": les effets mentaux de la guerre cognitive
14.12.2022

Notre cerveau ou, comme le disait Poirot, les "petites cellules grises", c'est-à-dire la matière grise du cerveau, se trouve maintenant dans un état d'incertitude et de confusion, ce qui est typique de l'état de dissonance cognitive, c'est-à-dire le lieu des conflits psychologiques internes. Si l'on se réfère à la terminologie militaire contemporaine des conflits, cet état de confusion est également caractéristique des "zones grises", des zones de combat actif avec des techniques de guerre hybrides / mentales / cognitives dans lesquelles nous sommes engagés.

L'OTAN et la déstabilisation du monde

06.07.2022

J'ai jeté un rapide coup d'œil au "nouveau concept stratégique" de l'OTAN issu de la récente réunion de Madrid. On y lit : "La Fédération de Russie a violé les normes et les principes qui ont contribué à un ordre de sécurité européen stable et prévisible [...] Nos concurrents testent notre résilience (un terme très cher aux élites atlantistes) et cherchent à exploiter l'ouverture, l'interconnexion et la numérisation de nos nations.

L'OTAN et la déstabilisation de l'Asie

02.07.2022

Dans son nouveau concept stratégique dévoilé cette semaine, l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) reconnaît ouvertement que la puissance et l'influence mondiale croissantes de la Chine remettent en cause l'alliance et que le rapprochement de Pékin avec Moscou va à l'encontre des intérêts occidentaux. Les puissances rivales devraient toujours être maintenues en état de faiblesse et de soumission.