géopolitique

La Libye et les intérêts géopolitiques de ses voisins

La Libye et les intérêts géopolitiques de ses voisins
30.01.2023

Depuis le renversement du gouvernement en 2011, la Libye est divisée. Tripoli et l'Occident ont tenté de contrôler la partie orientale du pays, un fief de l'"Armée nationale libyenne" (ANL) dirigée par le maréchal Khalifa Haftar. Par la suite, le double pouvoir a prévalu et le pays a cessé de fonctionner comme un seul État.

Risques pour l'intégration eurasienne

Risques pour l'intégration eurasienne
23.01.2023

Le sommet informel des chefs d'État de la CEI à Saint-Pétersbourg les 26 et 27 décembre 2022 a démontré la volonté de tous les participants de coopérer et d'interagir sur un large éventail de questions. Les discours de nombreux présidents ont inspiré de l'optimisme quant au développement d'initiatives communes telles que l'OTSC et l'EAEU. En même temps, ces dernières années, et surtout depuis le début de l'opération spéciale en Ukraine, il y a eu des actions de la part des partenaires qui peuvent pour le moins être qualifiées d'attentistes. Parfois, comme dans le cas du Premier ministre arménien, il y avait un chantage pur et simple.

La lutte pour l'Arctique s'intensifie

La lutte pour l'Arctique s'intensifie
09.01.2023

La lutte pour l'Arctique n'est peut-être pas aussi évidente que pour d'autres sphères d'influence géopolitique. Néanmoins, elle a lieu et, avec l'Opération militaire spéciale en Ukraine, la confrontation entre la Russie et les autres pays qui bordent l'Arctique ne fait qu'augmenter. Dans la plupart des cas, la position souveraine de Moscou incite les pays occidentaux à militariser la région, et des voix s'élèvent pour réclamer un plus grand contrôle et un meilleur accès aux ressources. Les questions de sécurité mondiale ne sont pas les moindres, car le lancement de missiles depuis la région du pôle Nord permettrait d'atteindre plus rapidement le point d'impact et donc d'avoir plus de chances de pénétrer les défenses aériennes ennemies.

Souveraineté espagnole et avenir géopolitique

Souveraineté espagnole et avenir géopolitique
31.12.2022

Ceux d'entre nous qui vivent en Occident sont comme des prisonniers avec un bandeau sur les yeux. Bien que nous ayons les coudées franches pour nous débarrasser de ce voile, le peuple n'a même plus envie de faire ce geste libérateur. Pour compléter le tableau, nous, les habitants de cette partie du monde, sommes tranquillement couchés sur un baril de poudre en attendant que quelqu'un allume la mèche. Une puissance non-européenne, la puissance nord-américaine, semble l'avoir déjà allumée. Le problème est que nous n'avons pas réellement de poudre à canon ou d'autres substances combustibles conventionnelles sous nos sièges, ce qui serait déjà à craindre. Nous parlons d'armes nucléaires.

La géopolitique du Cambodge: destruction et reconstruction

La géopolitique du Cambodge: destruction et reconstruction
28.12.2022

Le Cambodge, d'une superficie de 181.035 kilomètres carrés, est situé dans la partie sud de la péninsule indochinoise et a des frontières avec le Vietnam à l'est et au sud-est, la Thaïlande à l'ouest et au nord-ouest, le Laos au nord et le golfe de Thaïlande au sud-ouest. Du 2ème siècle de notre ère au milieu du 15ème siècle, le Cambodge était un royaume très puissant de la péninsule indochinoise, qui a donné naissance à la culture d'Angkor, mondialement connue. Après le 15ème siècle, la puissance nationale du Cambodge a décliné jour après jour. En 1863, le Cambodge est devenu une colonie française et a été envahi par le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 9 novembre 1953, le Cambodge, après de nombreuses souffrances, a finalement obtenu son indépendance. Mais le Cambodge, qui venait d'obtenir son indépendance, a été confronté au même problème que de nombreux États-nations nouvellement indépendants : l'escalade à cause de la guerre froide mondiale.

Une rencontre historique: la visite de Xi Jinping en Arabie Saoudite

Une rencontre historique: la visite de Xi Jinping en Arabie Saoudite
12.12.2022

Alors que l'attention des médias finlandais est toujours focalisée sur l'Ukraine, les soubresauts provoqués par la ratification de l'adhésion finlandaise à l'OTAN et les épreuves de force entre gouvernements, l'Asie occidentale (le "Moyen-Orient" anglo-saxon) bouillonne sous la surface. Le centre d'intérêt de la politique mondiale se déplace. En fait, ces changements sont perceptibles depuis un certain temps.

L'Europe dans l'actualité géopolitique

L'Europe dans l'actualité  géopolitique
10.11.2022

Les États-Unis, la Chine et la Russie sont les trois principaux acteurs du monde multipolaire, dans lequel la Turquie, l'Iran et la Corée du Nord se consolident en tant que puissances régionales, et l'Argentine, le Brésil et le Royaume-Uni tentent de le faire mais sans succès. L'Europe, qui aurait un rôle majeur à jouer dans un équilibre multipolaire, a un énorme désavantage par rapport à toutes ces puissances majeures et mineures : elle n'existe pas. Tous les acteurs susmentionnés constituent, chacun à leur manière, une unité politique avec un gouvernement central doté d'une capacité de décision unique et finale; l'Europe est un hybride qui reste à définir. L'Union européenne, première puissance commerciale du monde avec le PIB le plus élevé du monde, n'est pas capable de s'articuler comme un acteur unique et autonome. Le défi consiste à consolider un modèle de gestion unique (économique, politique et diplomatique) qui agit à l'échelle du continent et non comme la somme - souvent contradictoire - des intérêts de chacun des pays qui le composent. En d'autres termes, résoudre la dialectique actuelle de sa nature, qui oscille entre être une unité et être une organisation internationale.

Le voyage de Scholz en Chine irrite les atlantistes

Le voyage de Scholz en Chine irrite les atlantistes
09.11.2022

Le chancelier allemand Olaf Scholz s'est rendu en Chine vendredi avec une délégation commerciale. Bien que Scholz se soit souvenu qu'il lui fallait scander le mantra attendu sur les droits de l'homme, les médias anglo-américains ont surtout critiqué sa visite. Le journal britannique The Telegraph, par exemple, a insisté noir sur blanc sur le fait que "l'Allemagne doit choisir de se ranger du côté de l'Occident ou de la Chine".